ISR

Analyse de scénario et climate Value-at-Risk

18 juillet 2019

C’est à Londres le 10 mai dernier que la vingtaine d’investisseurs(1) de 11 pays, dont La Française, ayant participé au groupe de travail pilote de l’UNEP FI sur la mise en oeuvre des recommandations en matière de reporting climatique(2) ont partagé les résultats de leurs réflexions et des études de cas menées sur l’impact sur leurs portefeuilles de différents scénarios climatiques. Le rapport : « Changing Courses », téléchargeable a été présenté et discuté lors d’une après-midi de lancement, en présence de plus de 300 personnes et après des discours introductifs de la Directrice Générale d’Aviva UK, Angela Darlington et de Sarah Breeden, Executive Director de la Banque d’Angleterre.

Se voulant un outil permettant aux autres investisseurs de mieux comprendre comment faire le lien entre risques financiers et climat, il fournit un état des lieux des méthodologies d’analyse de scénarios climatiques puis se concentre sur la méthodologie utilisée par le groupe de travail pilote et testée par les investisseurs afin d’évaluer l’impact du changement climatique sur leurs portefeuilles. Il détaille également certaines études de cas partagées par les 20 investisseurs pilotes et synthétise leurs retours d’expérience.

Pour La Française, participer à ce groupe de travail nous a permis de rester à l’avant-garde de la finance climatique. En tant qu’investisseurs, nous sommes exposés aux risques et opportunités climatiques dans nos portefeuilles car les entreprises dans lesquelles nous investissons doivent s’adapter dans cette période de transition vers une économie bas-carbone. Et mesurer la résilience de nos portefeuilles au changement climatique est un enjeu clé mais complexe, reposant sur de multiples hypothèses évaluant l’impact du changement climatique sur les différentes entreprises dans une vision dynamique et prospective. Un exercice jusque-là trop difficile et donc peu accessible, reposant de plus sur des méthodologies encore balbutiantes et destinées à évoluer.
C’est pourquoi s’associer avec d’autres grands investisseurs engagés au sein de ce groupe de travail pour partager nos questions et faire avancer la réflexion de manière structurée faisait sens. Lors de la période de tests du nouvel outil que représente la Climate Value-at-Risk (CVaR) développée par Carbon Delta, nous avons pu discuter des hypothèses faites par Carbon Delta et en tant que groupe les challenger. Puis nous avons analysé avec cet outil certains de nos portefeuilles à l’aune de divers scénarios climatiques. Même si les résultats doivent encore être améliorés, la Climate VaR nous apporte un nouvel éclairage sur les risques climatiques en prenant en compte les risques de transition comme les risques physiques, en incluant des éléments prospectifs via les brevets déposés par les entreprises et enfin en proposant un choix -essentiel nous semble-t-il- de divers scénarios climatiques basés sur des projections d’un monde à 1,5°, 2°ou 3°. C’est un outil innovant qui vient compléter nos propres analyses fondamentales et que nous pensons utiliser à terme dans la gestion de nos portefeuilles comme un des éléments d’analyse de la résilience des entreprises au changement climatique.

Nous aspirons à que le rapport « Changing Courses » permette de diffuser ce que nous avons appris à un public plus large d’investisseurs partageant les mêmes préoccupations et d’aider à une harmonisation relative des reporting climatiques des entreprises et donc des investisseurs.

(1) Addenda Capital, Afore Citibanamex, Aviva plc, Bentall Kennedy, CDPQ, CDL Group, City Developments Limited, Desjardins, DNB Asset Management, Investa, KLP Kapitalforvaltning, La Française Group, La Salle Investment Management, Link, M&G Prudential, Manulife Investment Management, Nordea Asset Management, Norges Bank Investment Management, Rockefeller Capital Management, Storebrand Asset Management, TD Asset Management,
(2) Recommandations de la TCFD, Task-force on Climate-related Financial Disclosures, www.fsb-tcfd.org

ISR